Nous contacter : 06 32 32 57 75

Accompagner les grands jeunes des cités

Fondation Le Rocher

Notre mission

Avec « l’affaire Théo », la jeunesse des banlieues s’est récemment retrouvée sous le feu des projecteurs. Fragilisés par un chômage écrasant, un cadre de vie dégradé, une perte des repères, ces « grands jeunes » se sentent abandonnés par la société française et sont tentés par l’économie informelle ou le radicalisme religieux.

Au Rocher, nous agissons concrètement à leurs côtés : par le programme RIBAT, lancé à Bondy, nous rendons les jeunes acteurs de leur propre vie ; par l’accompagnement vers l’emploi (Roc Emploi à Marseille, et aux Mureaux, …), nous leur permettons une meilleure insertion professionnelle ; par les séminaires « La vie en grand », nous les ouvrons à la dimension du beau, du bien, du bon et du pardon, encourageons leur prise de conscience citoyenne et les aidons à reconstruire une unité de vie ; par les partenariats que nous nouons avec les entreprises, nous les encourageons à embaucher des jeunes issus de ces quartiers en en assurant un véritable suivi.

Autant d’initiatives qu’il nous faut structurer et développer : si Le Rocher, historiquement, c’est plus adressé aux enfants et aux adolescents, ceux-ci sont désormais de jeunes adultes que nous ne voulons pas risquer d’abandonner aux sirènes des trafics et de l’extrémisme alors qu’ils sont si près du but.

Votre soutien

Nos besoins pour 2017 :


  • Mustafa et le café-philo du Rocher

    « Mustafa a commencé à voler une game-boy à 12 ans, puis il s’est enfoncé dans la délinquance. Il n’a que 29 ans, mais il a déjà fait plusieurs années de prison. Très méfiant vis-à-vis du Rocher au début, il a un jour accepté de venir à un café-philo. Il n’a pas parlé. Mais la relation avec lui s’est tissée. Un jour, il a ouvert son cœur. Il a confié son désir de créer une entreprise. Aujourd’hui, c’est chose faite avec l'aide de nos volontaires. S’il n’avait pas croisé la route du Rocher, aurait-il lui aussi succombé aux sirènes des trafics ou de la radicalisation ? Nul ne sait. Mais aujourd’hui, la question ne se pose plus : Mustafa est lancé dans la vie ! »

    Jean-François Morin - Directeur du Rocher, Oasis des Cités
Partager cette page :